Publié le août 3, 2021
Par Marie Barthelemy

Mieux comprendre l’indice de réparabilité

Mis en place depuis le 1er janvier 2021, l’indice de réparabilité est un nouvel indicateur visuel à prendre en compte lorsque l’on achète un nouvel élément de notre parc technologique quotidien. Il concerne les smartphones, les ordinateurs portables, les téléviseurs, les machines à laver ainsi que les tondeuses à gazon. Si les deux derniers éléments cités ne concernent pas tout le monde, les trois autres, eux, sont relativement récurrents dans la vie des français.

Noté de 0 à 10, l’indice de réparabilité s’inscrit dans la volonté de réduire l’impact écologique de nos outils du quotidien, et rentre directement dans les directives gouvernementales écologiques mises en place depuis quelques temps.

Ainsi, avec une note qui se rapproche de 10/10, un smartphone montre un grand intérêt sur le plan écologique, et sera plus facilement réparable, ce qui augmente significativement sa durée de vie, et donc réduit son impact environnemental. Mais que signifie réellement cet indice, et comment faut-il l’utiliser en tant que consommateur lambda ?

Entre aspect pratique et intérêt écologique

Symbolisé en magasins sur les fiches techniques des appareils par un logo d’une roue crantée et d’une clé anglaise, l’indice de réparabilité est une note sur 10, avec 0 pour les appareils les moins réparables, et 10 pour ceux qui le sont. Si les extrêmes seront rarement observés, les notes intermédiaires, elles, peuvent être un outil à prendre en compte lorsque l’on souhaite acheter un nouvel appareil électronique.

Il s’agit ainsi par cet indice de permettre aux consommateurs d’opter pour des appareils qui offrent de meilleures possibilités de réparation, et donc d’assurer une durabilité augmentée. En effet, ce qui représente le plus gros impact écologique dans la vie d’un appareil high-tech, c’est bien souvent sa fabrication. On peut considérer en effet que plus 90% de l’émission de gaz à effet de serre liée à un appareil donné a lieu avant même sa commercialisation. Ainsi, permettre aux consommateurs d’acheter moins souvent des appareils électroniques, c’est leur permettre de réduire leur empreinte carbone considérablement. 

Comment est calculé l’indice de réparabilité ?

Afin de mieux comprendre cet indice de réparabilité, il est essentiel de savoir sur quoi il est calculé. La notation attribuée à un appareil est globalement la même quel que soit le type d’appareil. Elle se base ainsi sur 4 critères communs, et 1 critère qui prend en compte les spécificités de chaque type d’appareil. Ces critères sont les suivants : 

  • Accès à la documentation
    Concerne l’accessibilité à la documentation détaillée qui permettra de réparer l’appareil. Aussi destinée aux particuliers qu’aux professionnels, cette documentation doit permettre d’informer le réparateur sur l’emplacement des composants, et comment les remplacer.
    Également, la durée d’accessibilité à cette documentation influe sur la note de ce critère.
  • Démontabilité et accès, outils, fixations                                                                                                              Ce critère concerne la facilité et le nombre d’étapes pour accéder aux composants d’un appareil, ainsi que leur possibilité d’être démontés et remplacés. Également, le type d’outils nécessaires est pris en compte, ainsi que leur facilité d’accès. Enfin, le type de composants de l’appareil est observé, afin de s’assurer que les composants ne soient pas impossibles à obtenir en cas de besoin.
  • Disponibilités des pièces détachées
    Ici, il s’agit plus spécifiquement de la facilité d’accès aux composants d’un appareil. Par exemple le capteur photo, ou bien la batterie. La durée d’accès dans le commerce de ces éléments est également prise en compte. Enfin, le délai de livraison des composants est important, et compte pour un tiers de la note de ce critère.
  • Prix des pièces détachées                                                                                                                                  Réparer ou remplacer un composant c’est bien, mais si le coût de la manœuvre revient à acheter un nouvel appareil, à quoi bon ? Ainsi, le prix des composants est observé de près, et compte pour un cinquième de l’indice de réparabilité.
  • Critère spécifique (en fonction de la catégorie du produit concerné)
    Le dernier critère varie selon le type d’appareil, et pourra aussi bien concerner la facilité d’accès aux mises à jour de l’OS, ou bien le nombre de cycles d’utilisation, etc.