Publié le juin 8, 2021
Par Marie Barthelemy

Datacenters et refroidissement par immersion pour réduire l’impact carbone

À l’heure actuelle, le monde du numérique s’impose comme un des plus gros pollueurs de la planète. En effet, de nombreux aspects de ce secteur inquiètent les personnes soucieuses de l’environnement et du bien-être de la planète, et à juste titre. Qu’il s’agisse de l’impact carbone, de la consommation de matières premières, de l’exploitation de métaux rares, de consommation d’énergie et de rejets de gaz à effet de serre, le monde numérique a encore bien des progrès à faire. Parmi les acteurs du secteur les plus montrés du doigt, on trouve en tête de liste les datacenters, qui sont responsables à eux seuls d’une consommation électrique qui pourrait rivaliser avec la très grande majorité des pays de la planète, et dont l’impact carbone a de quoi inquiéter. Et qui dit consommation d’électricité, dit également rejet de gaz à effet de serre. Toutefois, l’avenir n’est pas écrit à l’avance, et bien des solutions existent pour réduire cette consommation et ces rejets de gaz Eq.CO2et donc diminuer autant que possible l’impact carbone. Parmi ces solutions, on peut trouver le refroidissement par immersion, qui fera du refroidissement par air conditionné une solution archaïque et obsolète.

Mieux comprendre le refroidissement par immersion

Au même titre que l’air conditionné, le refroidissement par immersion a pour objectif de permettre à élément de baisser en température. Si la grande majorité des ordinateurs actuels sont équipés de ventilateurs, de plus en plus d’appareils se voient ajouter un système de liquide de refroidissement. Réservé à une poignée d’utilisateurs, ce système permet non seulement de grandement réduire le bruit d’une machine, mais a également comme avantage de diminuer la facture énergétique dudit appareil. 

Le liquide utilisé est un liquide dit diélectrique, c’est-à-dire qu’il ne conduit pas (ou très peu) l’électricité. Plus encore, il permet d’évacuer la chaleur de l’ordinateur avec une grande efficacité, et protège les circuits et composants de l’exposition à l’air, à la poussière, et autres parasites tels que les insectes, miettes et autres poils (les propriétaires d’animaux connaissent bien ce problème !).

Lorsque l’on parle de refroidissement par liquide, on entend sur le plan de l’ordinateur à voir un réservoir, une valve motorisée qui permet au liquide de circuler, ainsi qu’à des tuyaux qui amène le liquide à passer d’un élément à un autre de l’appareil. Cependant, ce système est avant tout esthétique, même s’il présente l’avantage de pouvoir modifier ses équipements lorsqu’on le souhaite (par exemple changer sa carte graphique ou son processeur).

Mais lorsque l’on parle d’une machine professionnelle, qui est allumée 24h sur 24 et 7 jours sur 7, et bien souvent stockée dans une pièce fermée au milieu de dizaines d’autres machines, la partie esthétique ou le besoin de modifier les composants ne se pose pas. Ainsi, le refroidissement par immersion consiste à placer la totalité de l’appareil dans ce liquide, et donc à réguler sa température de manière optimale.

Quels avantages pour l’impact carbone ?

Comme mentionné précédemment, le refroidissement par immersion montre de nombreux avantages. Parmi ces avantages, le plus éloquent est celui de la consommation électrique qui est drastiquement diminuée. En effet, dans le système classique avec air conditionné, l’ordinateur consomme de l’énergie, et le ventilateur en lui-même en consomme également. Les pertes énergétiques sont donc considérables. Plus encore, le refroidissement n’est que partiel, puisque la pièce qui héberge les serveurs ainsi refroidis ne baisse pas en température, puisque l’air n’est que déplacé. Il convient alors d’installer un système de refroidissement supplémentaire, qui lui-même consomme de l’énergie… Avec le système de refroidissement par immersion, la question ne se pose plus. 

De plus, lorsque l’on enlève le refroidissement par air conditionné, et qu’on le remplace par le refroidissement par immersion, le gain de place est marquant. On peut donc ajouter d’autres serveurs, pour un espace équivalent. 

D’après Submer, société espagnole spécialisée dans le domaine du refroidissement par immersion :

  • les gains de place seraient de l’ordre de 85%
  • le refroidissement serait amélioré de 95%

(et dernière donnée, et peut être la plus intéressante sur le plan environnemental)

  • les émissions de gaz à effet de serre seraient diminuées de 45%